fbpx

La patte de l’architecte est présente dans cette réalisation colorée signé Mathilde Abeel. Passée maître dans l’association des textures et matières, elle a su repenser l’espace pour lui donner caractère et fonctionnalité. Des couloirs ont été supprimés et les pièces décloisonnées pour fluidifier la circulation; l’exposition de l’appartement s’en trouve grandement améliorée. Une attention particulière a été portée aux finitions; soignées, elles sont la marque de fabrique MCH.

Un grand bol d’air

Passé le pas de la porte, on prend d’entrée de jeu une véritable bouffée d’oxygène. Les propriétaires n’en attendaient pas moins pour leur nouvelle adresse parisienne autrefois sombre et étriquée. Les murs blancs immaculés du salon démultiplient la luminosité naturelle du lieu.

Un appartement citadin

La rénovation est à l’image des nouveaux occupants, citadins, épicuriens, amoureux de la gastronomie et chineurs du dimanche. Mathilde a eu carte blanche pour réorganiser l’enchaînement des pièces et apporter un électrochoc esthétique via des contrastes saisissants. 

Mieux qu’à l’hôtel

La suite parentale concentre un spacieux dressing et une salle de bain compacte et fonctionnelle. Les portes du dressing sont recouvertes d’une peinture Farrow & Ball envoûtante. On craque pour les poignées en cuir véritable et les finitions mordorées des suspensions lumineuses. Via une ventilation de pointe située dans l’espace douche, la vapeur d’eau est entièrement évacuée vers l’extérieur pour préserver un niveau d’humidité constant dans cette pièce hybride. 

Un souci de perfection

L’espace bureau est rehaussé d’alcôves astucieuses et de rangements malins. La bibliothèque du salon, réalisée sur mesure, associe fer forgé couleur ebène et bois blond pour un effet graphique et glam. Les carreaux de ciment dans les wc prennent des allures andalouses tandis qu’un carrelage discret en forme d’hexagones a été incrusté au parquet pour délimiter la zone proche de la cheminée.